Port des Barques

Port des Barques

vendredi 19 janvier 2018

Maître Akeji La lumière d'orient en occident

    

     En décembre dernier, j'eus le plaisir de découvrir lors d'une conférence passionnante de Jean-Paul
     Deremble, à l'Espace culturel de la Cathédrale de Créteil, la vie et l'œuvre d'un calligraphe
     japonais contemporain, Maître Akeji, dont les œuvres seront exposées du 18 au 28 janvier 2018
     sur les  cimaises du même lieu.
     Je vous invite vivement à ne pas manquer ce rendez-vous exceptionnel.
    
                                                                       


     Maître Akeji est le descendant d'une longue lignée de samouraïs, plonger dans son œuvre de
     calligraphe est passionnant, car celle-ci relève d'une mystique particulière à l'Asie.
     Mort et vie s'y conjuguent pour donner l'élan, ce n'est pas vie ou mort par exemple mais
     vie et mort, en même temps. Le tenant et l'aboutissant invitent à la création.
     Tout est toujours vivant, totalement neuf et totalement ancien. François Cheng et Fabienne
     Verbier en témoignent chacun à leur manière : "l'intérêt pour cet art traverse le temps" dit
     Fabienne Verdier.
     La calligraphie reste l'expression éblouissante d'une vie intérieure, elle exige une grande dextérité
     de la main qui l'exprime.

     Par l'audace du trait et de la couleur, Maître Akeji nous ouvre à l'émotion de l'espace infini.
                                                                    
    
    
    
                                                           Hi no Kokoro, Esprit du feu
    

     Les  liens proposés ci-dessous offrent un riche aperçu de cet art.

     Bibliographie:

    Le sabre et le pinceau, Poèmes du Japon ancien, Calligraphies du Maître Akeji,
    chez Albin Michel, 2003
    
    sur internet:
 

vendredi 12 janvier 2018

Dana Shishmanian j'ai besoin de silence pour m'entendre dire





                 Lundi, le jour est si gris, Mardi, l'eau s'ensource, Mercredi, c'est juste une perte
         d'espace-temps, Jeudi, du tréfonds de la pourriture je crie, Vendredi, une larme noire nous
         précède dans l'abîme, Samedi, avec l'orteil gauche j'ouvre les portes de l'air, Dimanche,
         l'air hivernal soleil (enfin !)
         C'est au fil des jours que l'on entre dans ce recueil, écrit tel un pamphlet afin qu'une oreille
         attentive en perçoive la révolte et s'en émeuve :

                 Vendredi
     
                 Une larme noire nous précède dans l'abîme
                 comme un seau à la fontaine abolie
                 ( cette tour inversée)
                 un ébruitements de feuilles mortes c'est l'automne
                 se dit le mort rassuré bientôt la neige
                 fera taire les cris des oiseaux
                 j'ai tant besoin de silence se dit-il pour m'entendre dire
                      j'ai besoin de silence pour m'entendre dire
                                  j'ai besoin de silence pour m'entendre dire
                 il s'est tu dans sa tête
                 et c'est alors que j'ai senti tout d'un coup le poids
                 de sa vie comme une couette de feuilles et de neige
                 (et ces cris ces soupirs ne cesseront plus jamais
                 et je serai à jamais Lusignan et Biron la déesse et la fée
                
                 (extrait)
                 in Néant rose, L'Harmattan, 2017, p.12

Ce dernier recueil, paru en novembre 2017, Dana Shishmanian en  fera lecture
le mardi 16 janvier 2018, de 19h à 21h, à l'Espace L'Harmattan, 21 bis rue des Écoles, Paris 5ème,

Son titre, Néant rose, volontairement satirique, donne le ton à l'ensemble des poèmes :
on ne s'apitoie pas, on pointe du doigt, on dénonce, puis on passe outre...

Sa couverture rose vif reproduit un tag de rue, géant, photographié par l'auteur.
Un visage nous regarde et nous tire la langue avec lassitude et insolence mais il est écrit
à côté à l'encre rouge : Tête Haute ! 
Garder l'humour et jusqu'à l'épuisement, reste de mise pour la gente féminine!


                  Pied de nez

                  La poésie n'a que faire
                  de votre politiquement correct
                  traduit en censure.
                  elle se moque de vos dogmes
                  laïques catholiques politiques économiques
                  éthiques ludiques civiques et iques et iques
                  et iques et iques !
                  Hic et nunc
                  elle sautille elle frétille
                  elle s'expose
                  fait irruption
                  répartit des baffes dans l'assemblée
                  nationale
                  renvoie dos à dos
                  l'escroc et sa victime
                  l'angelot et le menteur
                  fait la danse du ventre s'hystérise
                  hypnotise
                  magnétise
                  plonge ensuite
                  dans une dépression profonde
                  se soigne aux antalgiques
                  aux analgésiques
                  aux biochimiques
                  jusqu'à ce qu'excédée
                  elle empoigne son toubib par le cou
                  et aille se noyer avec
                  dans un bassin vide

                  Le lendemain matin au petit déjeuner
                  elle ouvre le journal
                  et s'étonne pour la énième fois
                  de l'imbécilité des gens
                  de la folie de ce monde
                  de la patience de Dieu

                   Non, elle n'est pas laïque.

                   ibid. p.p. 73/74

   J'ai adoré la liberté de ce pied de nez, de si bonne augure en ce début d'année !

   Le poème, Sur la berge, célèbre la sensualité et la musique des mots :
  

                   Sur la berge

                   Découvrir des mots
                   les sentir les toucher
                   s'en parfumer la bouche
                   les scander en alternant les silences
                   les contempler vibrer flotter dans l'air
                   les entrecouper créer la surprise
                   du " que cela veut-il dire "
                   travailler la syntaxe extorquer à la sémantique
                   ses jus la rendre transparente
                   aux arabesques de vos objets
                   décoratifs
                   Ô mes consoeurs
                   mes frêles confrères
                   quel plaisir exquis vous découvrez-là
                   à faire ainsi de la poésie
                   par-ci par-là une nostalgie
                   une réflexion – un songe qui bouge
                   agitant la surface de vos jours desséchés
                   une entorse au sens, absconse
                   et pas de rime c'est obsolète
                   on est affranchi à vie on est poète
                   contemporain

                   Des aventures sans but ni retour
                   des suicides par la pensée
                   des tueurs en série de l'esprit
                   des tortures de la chair de l'âme
                   des âpres labeurs du repentir
                   des morts et résurrections dont vit la poésie
                   vous n'en savez rien
                   tant mieux je vous bénis
                   heureux prétendants
                   tenez-vous bien sur la berge
                   loin du tourbillon qui de l'abîme projette
                   au-delà du vide interstellaire
                   restez ainsi
                   indéfiniment
                   sans même y regarder
                   vous vous briseriez
                   à y entrer

                   Quant à vous mes amis vous en faites pas pour moi
                   oui j'expierai aussi ce dernier péché d'orgueil
                   comme toutes les autres tentations
                   Je n'ai pas demandé à notre père
                   de ne pas m'y soumettre

                   ibid p.p.71/72

  Il y a de la sagesse et de l'humour noir entre les lignes de ce qui s'avère une émouvante relecture de
  vie :

                   Mercredi entre deux peurs

                  L'attirance de l'angoisse vient sans doute
                  de ce qu'il est plus rassurant de se rétrécir
                  que de s'exposer au large
                  la peur protège de la vraie peur
                  la peur c'est quand on se fait petit sous les autres
                  la vraie peur c'est de fondre dans la félicité
                  se perdre ne plus pouvoir distinguer
                  non je refuse de joindre les deux
                  je resterai au milieu tant que je pourrai
                  tenir au bout de mon souffle
                  ce corps de signes qui me remplace

                  ibid p.17

"Je vis dans le cadavre du temps mon temps à moi / depuis l'après-midi d'été où je n'ai plus pu /
vivre un instant de plus" écrit plus loin l'auteur dans Vendredi à l'orange.
Confidence bouleversante que le lecteur reçoit les mains jointes et qui résonne longuement en lui,
d'autant plus que le poème s'achève par ces mots : Vendredi soir une orange vint tomber dans mon sein.
Vie intime et mystère sont à l'origine de poèmes, qui exigent de faire des miracles sur soi-même.
Dana Shishmanian livre plus d'elle même que jamais avec une douce détermination, à son image. Qu'elle en soit vivement remerciée !

En guise de conclusion et d'apaisement, je citerai quelques-uns des beaux haïkus de l'auteur, qui figurent dans ce recueil, sous le titre : Cent et un haïkus en quête d'auteur

                  Laisse pousser l'arbre
                  de la racine de ton corps –
                  des oiseaux viendront

                                  *

                  Des feuilles rouge sang, braise
                  d'un incendie oublié
                  raviveront ton cœur

                                  *

                  Faut monter plus haut –
                  finis mascarades et jeux
                  c'est l'heure – tu es seul

                                   *

                  Une fois là, chante, danse,
                  ne te cache pas dans l'oubli –
                  sinon, tu reviens

                  ibid p.p. 107/108

Pour en savoir davantage sur le poète, je vous suggère d'ouvrir les liens ci-dessous pour lire deux autres articles parus à son propos sur le Temps bleu.
  

          

Bibliographie :  Dana Shishmanian,  Néant rose, L'Harmattan, 2017

sur internet:

  


jeudi 4 janvier 2018

Xavier Grall, bonjour le monde




          Va le temps

         Après un doux automne et un tranquille novembre, les vents sont venus. Vous le dirai-je ?
    Je les attendais, les espérais. Depuis plusieurs mois, il me semblait que quelque chose manquait
    à mon univers, un souffle à mes jours et une musique à mes nuits. Oui, c'étaient les grands vents
    de l'hiver.
         Ils sont revenus en force, et comme redoublant de puissance, de s'être fait attendre. Ce sont
    parfois de profondes poussées qui viennent de l'océan et tournent et retournent dans la cour,
    rageant de buter contre l'obstacle des pierres et des briques. Ce sont parfois des miaulements,
    des ululements, des feulements qui surgissent du Sud, plaintes de bêtes inconnues, blessées,
    malheureuses. Ce sont enfin des vents d'une sombre méchanceté qui matraquent les pigeons
    et soulèvent les arbres dans d'irrésistibles lévitations. ceux-là, on les croiraient désireux de
    chambouler les haies et les demeures, de détruire jusqu'au monde lui-même.
          Tels sont les vents de Bretagne. Là-bas, il y a le mistral, et la tramontane, et le vent d'autan.
    À chaque contrée, son bruit et ses tempêtes.
           J'écris dans l'ombre et le fracas. À cette seconde, j'écoute sur France-Culture un hommage
    à Max Jacob. C'est très beau. Il est question des sept collines de Quimper, des pluies, des prières.
    Et moi, je pense aux vents mauvais, qui, à Drancy, sifflaient dans les poumons de Max, au cœur
    catholique, éclaté, du poète. Bon vent à son âme... Je pense à mon ami Georges Perros que nous
    enterrâmes il y a un an, à Tréboul, par une journée également secouée de bourrasques. quel
    tréboulement, cher Georges !
            Mais à Paris, quel temps fait-il, mes camarades ? Et vous, entendez-vous seulement les
    vents ? Je crains qu'ils ne soient ni de votre souci, ni de votre paysage. Les miens, qu'ils soient
    funèbres ou allègres, me parlent de la vie qui va. La vie qui va, le temps qui va à Botzulan, ici,
    là-bas, partout...
            Bonjour le monde !

                                                                                                                            21-XII-78

    in Xavier Grall, Les vents m'ont dit, Calligrammes, 1991, p.58

bibliographie:
  • Xavier Grall, Les vents m'ont dit, Calligrammes, 1991
sur internet:



        



 

vendredi 29 décembre 2017

Saint - John Perse, en hommage à la beauté du monde

        

                       Oiseaux

                            IX

             D'une parcelle à l'autre du temps partiel, l'oiseau,
         créateur de son vol, monte aux rampes invisibles et
         gagne sa hauteur...

             De notre profondeur nocturne, comme d'un écubier
         sa chaîne, il tire à lui, gagnant le large, ce trait sans fin
         de l'homme qui ne cesse d'aggraver son poids. Il tient, de
         haut, le fil de notre veille. Et pousse un soir ce cri d'ailleurs,
         qui fait lever en songe la tête du dormeur.

              Nous l'avons vu, sur le vélin d'une aube; ou comme il
         passait, noir – c'est-à-dire blanc – sur le miroir d'une
         nuit d'automne, avec les oies sauvages des vieux poètes
         Song, et nous laissait muets dans le bronze des gongs.
              À des lieux sans relais il tend de tout son être. Il est
         notre émissaire et notre initiateur. " Maître du Songe,
         dis-nous le songe !..."

               Mais lui, vêtu de peu de gris ou bien s'en dévêtant,
         pour nous mieux dire un jour l'inattachement de la
         couleur – dans tout ce lait de lune grise ou verte et de
         semence heureuse, dans toute cette clarté de nacre rose ou
         verte qui est aussi celle du songe, étant celle des pôles et
         des perles sous la mer – il naviguait avant le songe, 
         et sa réponse est : "Passer outre!"

                De tous les animaux qui n'ont cessé d'habiter l'homme
         comme une arche vivante, l'oiseau, à très longs cris, par
         son incitation au vol, fut seul à doter l'homme d'une
         audace nouvelle.

         in Saint-John Perse, Œuvres complètes, La Pléiade, 1986, p.419
 
Pour clôturer l'année qui s'achève, je vous partage en hommage à la beauté du monde ce texte de Saint John-Perse, que Braque illustra de ses célèbres Oiseaux.


         Bibliographie :
  • Saint - John Perse, Œuvres complètes, in La Pléiade, 1986
         sur internet :

vendredi 22 décembre 2017

Alain Fabre-Catalan et Eva-Maria Berg Une parole offerte à l'espérance




         des arbres bordent
         le cortège d'un deuil
         qui ne finit pas
         toujours sans cesse
         une feuille se détache
         brusquement
         dans le blanc
         les yeux
         se noient sans
         jamais parler
         de couleur ni
         jamais pouvoir
         crier

         Éva-Maria Berg in Le voyage immobile, éditions du Petit Véhicule 2017, p.44

  Lors de ce voyage immobile, Alain Fabre-Catalan et Eva-Maria Berg choisissent de mettre des mots,
  chacun dans sa langue, sur ces hauts lieux du souvenir qu'ont été les camps d'expérimentations
  et d'exterminations nazis, durant la dernière guerre.
  Il en découle une magnifique suite de textes, qu'illustrent, comme autant de fumerolles où
  s'agrippent les corps absents, de superbes dessins de Jean-Marie Cartereau.

 
         Flammes levées
         vers les plus hautes feuilles,

         un ultime éblouissement assiège l'horizon.

         Alain Fabre-Catalan, in Le voyage immobile, éditions du Petit véhicule 2017, p.22

   À les lire, je me suis retrouvée soudain par la pensée en Alsace en 1968, juste à
   quelques kilomètres de Strasbourg, dans la chambre d'expérimentations médicales,
   carrelée de blanc, du camp allemand d'extermination et de travaux forcés du Struthof
   à écouter les commentaires du guide d'alors, qui n'était autre que l'un de ses anciens rescapés.
 
  En ce lieu, qui paraissait d'autant plus cynique que le paysage alentour était d'une sublime et
  sauvage beauté, l'indicible témoignait de ce qui fut sans mesure...
  Notre petit groupe se trouvait confronté pour la première fois aux vestiges d'un meurtre de masse
  accompli sur notre propre sol et dont nous n'avions pas eu connaissance jusqu'alors.
  De jeunes visiteurs allemands étaient également présents dans cette salle, qui furent pris d'un rire
  nerveux et glaçant. Il nous arrive de rire pour masquer notre émotion...
  Les poèmes  d'Eva-Maria Berg  et d'Alain Fabre-Catalan, par le duo accordé et respectueux qu'ils
  instaurent, viennent balayer ce souvenir choquant.
 
         se taire

         que les voix éteintes
         résonnent encore

        

         aller sur leurs traces
         celles qui
         sont éteintes
         les pieds
         brûlants et
         les yeux
         brouillés
         en face
         du ciel

         in Eva-Maria Berg, p.p.47.48

         Contre le feu de l'oubli,
         la litanie des noms est la seule réponse

         ibid Alain Fabre-Catalan, p.14

         Pas même l'envolée d'une phrase
         ne saurait les tirer du néant,

         de l'indicible vertige qui ravine le ciel
         à la cime des bouleaux.

         ibid Alain Fabre-Catalan, p.21

         qui encore et
         encore disperse
         les feuilles
         pour donner
         de l'espace à
         la nouvelle saison

         ibid Eva-Maria Berg, p.49

 Le temps d'émettre des vœux approche,  je formule, ici, les miens :

Que la nouvelle saison soit celle du respect de l'autre et de l'entente cordiale dans laquelle nos pays réciproques se sont depuis engagés.

Que les auteurs courageux de ce long et vibrant poème qu'est Le voyage immobile, rédigé à quatre mains, trouvent un large écho à leurs voix et en éprouvent un profond apaisement.
Que leur geste conjoint prenne toute sa dimension aux yeux du monde : si en 2017, un poète catalan d'origine, né en 1947 dans les Pyrénées-Orientales, et une poétesse allemande, née à Düsseldorf après la dernière guerre,  choisissent délibérément d'exprimer dans un même livre leur désir de survivre au désenchantement du monde, c'est bien dans l'espoir de voir la paix triompher des cendres et brouillards.

bibliographie :
  • Le voyage immobile, Alain-Fabre Catalan et Eva-Maria Berg, dessins de Jean-Marie Cartereau, 2017
sur internet :


vendredi 15 décembre 2017

Guy Goffette, un jour un poème




         Le noyer d'hiver

         Mais il y a tant à faire et déjà le voisin
         scie la forêt par cœur. Au pré les vaches boivent
         le lait du ciel et les moineaux soignent le vent.

         Il y a tant à faire et tout va se défait.
         Le fil bleu de ta vie, dans quelle cuisine d'ombres
         l'as-tu laissé se perdre, lui qui te menait doux

         comme ces mots sans voix à l'envers des poèmes ;
         ou si c'est une femme là-bas derrière la mer
         qui le porte à son doigt, et chacun de ses gestes

         – elle pose le café sur la table deux tasses
         puis s'arrête, car elle est seule aussi – et chacun
         de ses gestes rejoint ton front contre la vitre

         qui regarde la mer monter à l'horizon
         où il n'y a rien d'autre qu'un vieux noyer d'hiver
         et qui étreint du bleu, et qui étreint du bleu.

         in Le pêcheur d'eau, Gallimard, 1995, p.46

Tous les jours sont bons à lire un poème sous le motif qu'on confonde les jours ou que le ciel soit trop bas ou que le temps passe trop vite...
Ces jours-là, je reviens toujours à l'un de mes auteurs préférés et à ce que j'écrivais de lui, faites-en autant !

http://lintula94.blogspot.fr/2016/07/guy-goffette-entre-lencre-et-les-etoiles.html

vendredi 8 décembre 2017

Jean-Pierre Lemaire pour marcher sur la mer



               Un chemin de bateaux, de draps frais et de maisons ouvertes,
               où des pas phosphorescents me précédaient la nuit. La fin était
               en pente douce. De loin en loin, il y avait des hommes-portes,
               des hommes-fenêtres, à travers lesquels on apercevait le monde.

               in L'armoire aux tempêtes, éditions Le Bateau Fantôme, 2016, p.15

         Revenant du large, par un incroyable chemin à flanc de vague, le lieutenant de L'Armoire
         aux tempêtes a mis vingt ans à sortir de la pluie, l'homme grave qu'il est devenu cherche lors
         d'un dialogue intérieur à relire le passé et donner sens à l'avenir :

                Le lieutenant :
        
                Là-bas, il n'y a pas de vie. Rien que des gouffres et du vent.
                Je ne sais même pas comment j'ai traversé. Sans doute l'ouragan
                Qui m'a ramené était-il plus fort que celui qui m'avait emporté.

                 ibid p.9

                L'homme :

            – Qu'as-tu vu au large, dans la pluie ? Si tu te souviens, tu m'éviteras peut-être de partir.

                ibid p.9

               Le lieutenant :

            – Au fond de la pluie, il y avait une face ruisselante, un visage aux yeux et aux lèvres fermés,
              noyé de souffrance mais vivant.
              (...)
              Il ne disait rien, mais son silence signifiait quelque chose.
              (...)
              Quelque chose comme "Je suis là".
           
               ibid p.p: 9/10

         In extrémis, une femme entre, qui s'écrie : "Ah! L'armoire aux tempêtes est ouverte...
         Tu penses donc toujours à la Marine?"...
         Suit la question essentielle, celle qui peut mettre un terme à d'inutiles tourments :
          "Est-ce que tu m'aimes? Ou bien es-tu encore là-bas ? "
         L'homme y répondra alors :"Je suis là-bas et je t'aime. Donne-moi la main pour marcher sur la
         mer".

          Être là pour l'autre au bon moment, l'amour tient souvent ce rôle :
         
         
              Ce soir, le soleil passe à travers nous. Mon corps transi depuis des mois commence à
              se réchauffer.

              ibid p.15

         Écrire, comme aimer, reste un risque à courir et, contre vents et marées, une belle façon
         d'aller de l'avant.
         Ce petit livre, qui tient dans la paume d'une main, témoigne d'une densité poétique rare,
         sans doute nous vient-il des souvenirs du marin que fut un temps son auteur.
         Pour en savoir davantage relire l'article indiqué ci-dessous, paru sur Le Temps bleu, en 2016.
          

Bibliographie :
  • L'armoire aux tempêtes, Jean-Pierre Lemaire, éditions Le bateau fantôme, 2016
sur internet: